Samita ASBL

Collecte de fonds pour la construction de kutis au monastère Tilorien

Notre chemin envers la construction du monastère Tilorien nous a déjà emmené bien loin ! Nous avons acheté un terrain et établi un petit bâtiment principal avec une salle de Dhamma. Tout cela n’aurait jamais été possible sans l’aide de beaucoup de gens, et c’est ça qui le rend tellement beau : Chaque individu contribue ce qui est possible pour lui ou elle, et si beaucoup se rassemblent, ça fait naître quelque chose de vraiment extraordinaire !

La prochaine étape sera de construire quelques kutis, avec un double but : Premièrement, des kutis offriront plus d’isolement pour les moniales, et deuxièmement, avoir des kutis rendra les chambres dans la maison principale disponibles pour des visiteurs. Autrement dit : Construire des kutis rendra Tilorien un vrai monastère où des gens peuvent venir pratiquer le Dhamma ensemble pour de courtes ou longues périodes.

D’après la loi de la commune, nous n’avons le droit de bâtir qu’une seule cabane en bois simple sans permis de construction; nous avons déjà commencé à la faire. Tout kuti supplémentaire doit être fait en accord avec les règlements locaux, ce qui inclut un plan architectural et une entreprise de construction, et malheureusement tout ça les rend beaucoup plus chers. Avec les dons que nous avons reçu jusqu’à présent il était déjà possible d’avoir un plan d’un architecte pour un kuti double (c’est-à-dire deux kutis sous le même toit), et cela a déjà été approuvé par le conseil municipal en octobre. Mais bien que nous avons le permis de construction, nous n’avons pas les moyens pour avancer.

Pour les travaux de terrassement et le fondement pour un kuti double il nous faut à peu près 20.000 €. Pour la maison elle-même il faut 60.000–63.000 € de plus.

Si vous souhaitez contribuer une somme, petite ou grande, cela rendra ce projet encore plus beau et extraordinaire ! Chaque contribution est très appréciée, et chaque donateur ou donatrice compte pour l’effort commun envers le but de construire un monastère en Europe.

Pour votre don, veuillez utiliser le bouton PayPal ou trouver les coordonnées bancaires à droite. Veuillez mentionner « kuti double » dans la ligne de référence s.v.p.


Lire l’article d’Ayya Kathrin Vimalañāṇī:

Logements monacaux

(Par Ayya Kathrin Vimalañāṇī)

Lorsque nous devenons des moines ou moniales, il fait partie de notre cérémonie d’ordination que nous sommes rappelés les quatre « choses essentielles » dont dépend notre vie : Des robes, de la nourriture, des logements et de la médecine en cas de maladie. Des autres nous offriront ces choses basiques pour que nous puissions pratiquer la voie bouddhiste et atteindre la libération de la souffrance. Tant que nous avons ces quatre choses essentielles, nous avons tout ce qu’il nous faut pour survivre, et il fait partie de notre pratique d’être contents avec et reconnaissants pour quoi que soit offert. Nous réfléchissons régulièrement sur la fin pour laquelle nous utilisons ces choses afin que l’usage soit bénéfique. Voici la réflexion sur les logements :

« J’utilise le logement avec un discernement judicieux, seulement pour me protéger du froid, de la chaleur, du contact des taons, des mouches, du vent, de la fournaise et des reptiles, seulement pour écarter le danger de la température et jouir de la retraite. »
—MN 2

Un logement monacal doit être petit, simple et facile à maintenir. Il devrait protéger son habitant des conditions de temps défavorables, des insectes et d’autres animaux, et devrait surtout offrir une place calme et retirée pour pratiquer la méditation. L’occasion de méditer seul et en silence est une condition préalable cruciale pour développer des états profonds de samādhi.

« Qui est dans la hutte ? »
« Il y a un moine dans la hutte—
libre de passion, à l’esprit bien centré.
Sache ceci, mon ami :
La hutte tu ne l’as pas construite en vain. »

—Thag 1.56

Au monastère Tilorien, les moniales vivent à ce moment dans deux chambres dans la maison principale. Il est notre espoir de pouvoir construire dans le futur deux kutis, ce qui permettrait de meilleures conditions pour la pratique et favoriserait plus de tranquillité. Avoir deux kutis nous permettrait aussi d’offrir les chambres dans la maison principale aux pratiquants laïcs sérieux qui aimeraient passer du temps au monastère et essayer la vie monacale. Dans notre situation actuelle il nous n’est pas possible d’héberger des visiteurs de nuit.

La construction des kutis est l’étape nécessaire à suivre pour que Tilorien puisse se développer et prospérer. Toute aide pour atteindre ce but, grande ou petite, est bienvenue !